INONDATIONS AU PAKISTAN - Le SIF se mobilise pour les familles en détresse
0 J - 0 H - 00 MIN - 0 SEC

JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

SOMALIE : DES ACTIONS POUR APAISER LES TENSIONS COMMUNAUTAIRES LIÉES À LA CRISE HUMANITAIRE

Pour renforcer ses réponses humanitaires autour des moyens d’existence, le Secours Islamique France (SIF) a mis en place dans ce pays de la Corne de l’Afrique de nombreux projets pour limiter les conflits entre villages, provoqués par la raréfaction des ressources vitales.

« Des millions de vies sont en jeu. » C’est sans détour aucun que l’ONU alerte sur la situation humanitaire en Somalie. Dans ce pays de la Corne de l’Afrique, la sécheresse est récurrente mais aussi de plus en plus fréquente et intense à cause des effets du dérèglement climatique. Les conséquences sont dramatiques sur les cultures et l’élevage, dont les rendements chutent de façon drastique. Malheureusement, l’inflation galopante frappant les produits de première nécessité ne fait qu’aggraver la situation.

Actuellement dans ce pays, c’est plus de 40% de la population qui est confrontée à des niveaux extrêmes d’insécurité alimentaire, d’après un rapport des Nations unies ! Sur place, la pauvreté endémique et la rareté des ressources (nourriture, terres agricoles fertiles ou adaptées au bétail, sources d’eau saine…) provoquent des conflits intra et extra-communautaires dans un contexte où l’agriculture et l’élevage demeurent vitaux pour la population.

Face à la situation, le Secours Islamique France (SIF) multiplie les initiatives visant à atténuer les tensions. Ces actions viennent renforcer les réponses humanitaires développées par nos équipes en Somalie autour des moyens d’existence. Le SIF agit en faveur de plus de 120 000 personnes dans les régions de Puntland (Nugal, Garowe et Burtinle) et Jubaland (Kismayo et Lower Juba) : aide alimentaire, soutien aux agriculteurs, accès à l’eau potable, assainissement, infrastructures sanitaires, formations, aide au développement d’activité génératrices de revenus…

DES MÉCANISMES COMMUNAUTAIRES DE GESTION DES CONFLITS POUR CONTRIBUER À CONSOLIDER DURABLEMENT LA PAIX

1. Par la création, l’accompagnement et le renforcement de trois Comités de pays du district (CPD)

Après avoir suivi une formation auprès du SIF, les CPD sont chargés de promouvoir une coexistence pacifique et de traiter les problèmes de conflits qui leur sont soumis. Les membres sont élus par la communauté et mènent de nombreuses activités. Les CPD collaborent notamment avec des médias locaux. Par exemple, des émissions de radio sont les forums de discussions autour des nécessaires initiatives à la construction de la paix, et transmettent des messages positifs.

Pour renforcer l’impact de leur action, les CPD s’impliquent directement sur le terrain. Leurs membres vont directement dans les communautés pour mobiliser, informer et coordonner les activités vouées à l’apaisement des tensions. Pour favoriser les échanges, neuf forums sont organisés, impliquant en moyenne cinquante hommes et le même nombre de femmes : débattre et analyser objectivement les causes des conflits, puis trouver, ensemble, des solutions durables, en sont les principaux leitmotivs.

2. Par l’établissement et le renforcement des réseaux entre les CPD et les détenteurs du pouvoir législatif

Pour être efficaces, les diverses initiatives doivent avoir un lien formel avec les structures de sécurité du gouvernement, que ce soit au plan local ou national. Deux fois par an, quatre sessions sont donc organisées dans les régions de Kismayo, Garowe et Burtinle entre les représentants des différentes structures, dont les Forces de l’ordre. Ces rencontres visent à trouver consensus autour des questions fondamentales des droits de l'homme, et aussi de notions telles que la citoyenneté et de l'administration de la justice. Cet aspect du projet est fondamental, tant les autorités locales ont de l’influence : en Somalie, leurs liens étroits avec les villages en font les principaux vecteurs lorsqu’il s’agit de traiter les questions de paix et de sécurité.  

Comme pour les forums, une approche participative a été retenue : des évaluations sont ensuite menées au sein des communautés pour jauger l’efficacité des mécanismes mis en place pour la gestion des conflits.

3. Par la sélection de 15 ambassadeurs de la paix au sein de la communauté

Ces personnes sont choisies parmi celles qui exercent le plus d’influence : des enseignants, des chefs religieux ou communautaires, des personnalités publiques, des sportifs respectés, des autorités gouvernementales… Des jeunes volontaires sont également impliqués. Les ambassadeurs de la paix collaborent avec les trois Comités de pays du district, et participent à leurs activités : mobilisation sur le terrain, forums, campagnes médiatiques, etc.

Image

En Somalie, la raréfaction des ressources telles que l'eau, problème notamment lié au dérèglement climatique, attise les tensions entre communautés

FACE AU DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE, DES PLANS D’URGENCE COLLECTIFS POUR LA RÉDUCTION DES EFFETS DES CATASTROPHES NATURELLES, GÉNÉRATEURS DE TENSIONS

1. Par la formation de Comités de réduction des risques de catastrophe naturelles et de conflits

Sous l’impulsion du SIF, des comités ont été formés dans 30 villages particulièrement exposés dans un pays très vulnérable au réchauffement climatique. Les membres exercent le rôle de médiateurs pacifiques. Ils se chargent d’établir, d’identifier et de cartographier les risques de conflits, de fluidifier la communication, de renforcer l’éducation civique au sein des communautés, d’analyser et de suivre les conflits. Une attention particulière est accordée tout au long du processus à l’intégration des femmes. 

Ces comités sont accompagnés de près par le SIF : 8 sessions de formations de 3 jours sont programmées, avec la participation de nombreux experts des problématiques concernées.

2. Par la sensibilisation des communautés au partage des ressources

Plus globalement, les communautés des 30 villes sont sensibilisées sur les risques engendrés par la compétition autour des ressources communes partagées, principalement l’eau et les pâturages. Nos équipes leur apportent un appui dans le développement de système d’alerte précoce et de prévention pour limiter les risques de conflits majeurs.

Le SIF aide donc les communautés à élaborer des plans d'urgence pour la prévention des conflits et des catastrophes liées au climat. Ils comprendront une planification de l'utilisation des terres ou encore l'établissement de modes de partage des coûts pour les actions communes.

3. Par le développement des capacités des pouvoirs publics

À terme, les Comités de réduction des risques de catastrophes naturelles et de conflits seront soutenus par des acteurs gouvernementaux pour accentuer encore davantage leur influence et renforcer leur autorité. C’est pourquoi le SIF a mis des activités de développement des capacités auprès, notamment, du Ministère de la santé. Le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et des pâturages est également concerné.

Au cours de ces sessions, l’accent est mis sur les stratégies de construction de la paix pour favoriser la coexistence pacifique. Développement de scénarios de conflit, analyse des risques et prévention des conflits, évaluation rapide des conflits et de l'insécurité, renforcement des capacités de planification d'urgence, stratégies d'adaptation dans les situations de crise, processus de négociations… Plus de 50 membres du personnel gouvernemental sont intégrés à ces formations trimestrielles de quatre jours.

Image

Pour contribuer à apaiser les tensions et favoriser une paix durable, le SIF multiplie des actions, dont des séances de sensibilisation

Le Secours Islamique France (SIF) déploie des actions d’urgence et des projets de développement sur le long terme. Notre ONG humanitaire agit en France et dans le monde grâce à la confiance de ses donateurs : le SIF est labellisé par le Don en Confiance sans discontinuer depuis 2011.