PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

SECOURS ISLAMIQUE FRANCE (SIF)

SÉCHERESSE AU PAKISTAN : DES SOLUTIONS HUMANITAIRES DURABLES
EN RÉPONSE AUX CATASTROPHES POUR 27 000 PERSONNES VULNÉRABLES

Au Pakistan, le SIF intervient dans la zone désertique de Tharparkar pour apporter des solutions face aux sécheresses, très fréquentes dans cette région. Accès à l’eau potable et gestion de la ressource, soutien aux agriculteurs et aux éleveurs, formations, développement d’activités génératrices de revenus… Débuté en 2020, le projet « Best » du SIF améliore concrètement et sur le long terme les conditions de vie des bénéficiaires. Arif, notre Responsable Eau, Hygiène et Assainissement pour le Pakistan, l’a présenté à Dakar (Sénégal) lors d’une session du Forum mondial de l’eau, qui a pris fin le 26 mars 2022.

Image

Arif (premier à gauche sur la photo), Responsable Eau, hygiène et assainissement pour le SIF au Pakistan, présente lors du FME de Dakar notre projet de réponse à la sécheresse.

Basé au Pakistan depuis 2008, le Secours Islamique France (SIF) mène sur place des projets d’aide humanitaire sur le long terme. C’est le cas à Tharparkar. Située dans le district de Sindh, la zone choisie par nos équipes est un vaste désert. Sur place, la santé publique est mise à mal par le manque d’eau potable : plus d’une personne sur deux n’y a pas accès, et seules 5% des ressources en eau satisfont aux normes définies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) !

Les ressources en eau s’amenuisent à cause de la sécheresse

Déjà courante à Tharparkar, les périodes de sécheresse sont devenues encore plus fréquentes à cause du dérèglement climatique. Les pluies sont très rares : chaque année, il ne tombe en moyenne que… 9mn de pluie ! Les faibles réserves tendent donc à l’épuiser, la disponibilité de l’eau ne cesse de diminuer. L’agriculture et l’élevage subissent également des conséquences désastreuses, fragilisant encore davantage la sécurité alimentaire des communautés locales.

Les ressources en eau s’amenuisent à cause de la sécheresse

Face à une telle catastrophe, les équipes du SIF apportent des réponses humanitaires durables en faveur de 27 000 bénéficiaires. Lancé en 2020, notre projet « Best » est voué à améliorer concrètement la gestion des eaux par la mise en œuvre de nombreuses actions :

  • Réhabilitation des bassins naturels d’eau pour faciliter la récupération des eaux de pluie ;
  • Construction et réhabilitation de puits, véritables infrastructures d’accès à l’eau dotées de pompes alimentées par l’énergie solaire ;
  • Construction d’abreuvoirs pour le bétail ;
  • Construction de systèmes d’irrigation pour les agriculteurs, formation à des techniques innovantes, écoresponsables et adaptées au dérèglement climatique, apprentissage sur des fermes-modèle ;
  • Renforcement des capacités agricoles par le développement de l’hydroponie et de la pisciculture ;
  • Sensibilisation des communautés locales en matière de gestion et de maintenance des ressources en eau ;
  • Formation et accompagnement de comités de villageois, responsables de la gestion des ressources en eau et des infrastructures.
Image

Au Pakistan, le projet du SIF permet l’accès à l’eau potable à plus de 27 000 personnes grâce à des puits dotés de pompes à énergie solaire

Les actions du SIF facilitent l’accès à l’eau potable, améliorent la santé publique et la sécurité alimentaire

Pour les personnes soutenues par le SIF, les bénéfices sont multiples. Par exemple, la plus grande disponibilité de l’eau a mis fin aux tensions entre les villages par rapport à la disponibilité de la ressource. Les conditions d’hygiène se sont nettement améliorées : le taux de maladies hydriques potentiellement mortelles, telles que le choléra, est en net recul. En outre, la sécurité alimentaire a été renforcée : les rendements de l’agriculture sont meilleurs et le fruit de la récolte est plus varié.

Du côté des éleveurs, les pertes de bétail liées à l’eau contaminée ont largement diminué, tandis que la qualité nutritive de la viande s’est améliorée. Globalement, un cercle vertueux s’est enclenché : les bénéficiaires ont davantage d’opportunités d’activités génératrices de revenus, l’économie se développe, les communautés tendent vers l’autosuffisance.

Image

Les bassins d’eau construits par le SIF pour le bétail permettent aux éleveurs de développer leur activité. La viande est plus abondante et sans danger pour la santé, la sécurité alimentaire est améliorée

Le SIF vise l’autonomie totale pour les bénéficiaires

Le soutien apporté par le SIF est donc capital, comme le confirme Arif, Responsable des projets Eau, Hygiène et Assainissement dans les bureaux du Pakistan du SIF :

« Les communautés aidées par le SIF n’avaient ni eau, ni nourriture ! Alors, forcément, elles n’arrivaient pas à se stabiliser. Quand on n’a rien, on cherche, et c’est ce qui se passait : nos bénéficiaires se déplaçaient sans cesse en espérant trouver une zone où la disponibilité des ressources permettrait une implantation sur le long terme. Malheureusement, les ressources sont très rares. Désormais, 27 000 personnes peuvent envisager l’avenir plus sereinement. À moyen terme, elles deviendront complètement autonomes, ce qui est l’objectif numéro 1 du SIF. »

En 2022, de nouvelles actions de sensibilisation : la préparation aux risques de catastrophes naturelles

Cette année, le projet est entré dans sa deuxième phase. Dans la zone, les besoins restent immenses. Nos équipes ont donc identifié de nouveaux bénéficiaires, et agissent en leur faveur. En parallèle, le SIF mène actuellement de nouvelles actions de sensibilisation des communautés par le renforcement de leurs capacités de faire face aux catastrophes naturelles, qui surviennent malheureusement sans prévenir.

Image

Au Pakistan, le SIF forme des agriculteurs à de nouvelles techniques adaptées au changement climatique. Les rendements s’améliorent, la sécurité alimentaire aussi