AUJOURD’HUI, EN FRANCE,

SEPT MILLIONS DE PERSONNES

SONT EN SITUATION DE PRÉCARITÉ ALIMENTAIRE

Agissez à nos côtés

En un an, selon l’INSEE, les prix à la consommation ont globalement augmenté de 5,6 % dans notre pays. Outre la flambée de 18 % du coût de l’énergie, le budget nécessaire à l’alimentation a quant à lui explosé. Dans la grande distribution, par exemple, le prix de la viande s’est envolé de 11 % pendant que celui des produits frais a augmenté de 11,3 %. Les autres denrées ne sont pas épargnées, comme en témoignent les 6,9 % de hausse.

« Nous sommes très inquiets. La précarité explose devant nos yeux, le simple fait de manger est devenu un problème pour de nombreuses personnes » alerte le Directeur des missions sociales France du SIF  

Retraités à faibles ressources, familles précaires, femmes et hommes isolés, étudiants dans le besoin, ou encore, personnes sans-abri… Pour les plus démunis, cette inflation galopante produit un impact catastrophique. Déjà très limité, leur pouvoir d’achat, s’est une nouvelle fois dégradé : subvenir à leurs besoins fondamentaux est devenu encore plus compliqué.

...

En France, 7 millions de personnes sont en situation de précarité alimentaire*.

Face à l’ampleur de cette crise sociale, Hassan Mansour, le Directeur des missions sociales France du Secours Islamique France (SIF) tire la sonnette d’alarme :

« On va au-devant de graves problèmes sociaux à cause de l’inflation, de la baisse du pouvoir d’achat, et du chômage. Avec mes équipes, nous sommes très inquiets, la précarité explose. Au SIF, nous recevons de plus en plus de personnes qui ont besoin d’un accompagnement pour s’en sortir. Beaucoup d’entre elles pensaient être à l’abri et sont très touchées par ce qui leur arrive. Elles ne voient pas le bout du tunnel. Le simple fait d’acheter à manger est devenu un problème ! Pour certains, il est même devenu impossible de faire au moins deux repas par jour, et le seul qui reste est en danger. Sincèrement, sans actions de solidarité, énormément de gens basculeraient dans la précarité extrême… »

(*) Source : réseau des Banques alimentaires

En 2022, en France, des millions de personnes n’ont pas les moyens de manger à leur faim.

Ne les abandonnons pas !

...
Image

Colis alimentaires, épicerie solidaires, maraudes pour les sans-abri… Le SIF multiplie les initiatives en réponse à la précarité

Pour ces personnes en détresse, les problèmes et les raisons d’inquiétude s’accumulent. Les équipes du Secours Islamique France se doivent donc de se mobiliser sans relâche par la mise en place de nombreux projets d’aide alimentaire et sociale, que ce soit en Ile-de-France, ou dans notre antenne de Lyon :

Des distributions alimentaires et de produits d’hygiène deux fois par mois dans nos locaux de Saint-Denis et de Lyon, toute l’année, en faveur de personnes en situation de grande précarité, dont des étudiants et des personnes âgées.
EpiSol, l’épicerie solidaire du SIF à Saint-Denis, qui propose des produits (viande, pâtes, fruits et légumes frais…) disponibles à seulement 30 % de leur valeur à des personnes dans le besoin, qui sont accompagnées par le SIF pour rétablir leurs finances avec les économies effectuées. Elles établissent ensuite avec un travailleur social un projet leur permettant de sortir de la précarité.
Les maraudes pour venir en aide aux sans-abri. En 2021, le SIF a distribué près de 5 500 repas dans les rues de Seine-Saint-Denis.
Le Centre d’Accueil de Jour (CAJ) du SIF à Massy : ouvert du lundi au vendredi, le CAJ propose un accompagnement social complet aux bénéficiaires, en plus de l’aide alimentaire : plus de 10 000 repas ont été distribués en 2021.
Les dispositifs ponctuels, qui viennent renforcer l’aide du SIF, comme les distributions de Colis d’été et l’organisation de déjeuners solidaires à Saint-Denis, ou encore la distribution de colis alimentaires à des personnes sans ressources logées dans des foyers et des hôtels sociaux en Ile-de-France.
La Mise à l’abri du SIF à Massy, qui héberge 24 femmes vulnérables. Les deux repas chauds et complets quotidiens complètent l’accompagnement social personnalisé.

Chacun d’entre nous a le pouvoir d’agir pour les plus vulnérables.

Ensemble, mobilisons-nous !

Alimentation mais aussi logement, factures ou encore frais de santé, la précarité est un facteur de stress intense

Ces actions de soutien alimentaire sont capitales pour de nombreuses personnes en situation de grande précarité, asphyxiées par la flambée des prix. Car outre l’alimentation, régler les factures d’électricité et les frais de santé, assumer les coûts liés à la scolarité des enfants ou aux transports, sont synonymes d’inquiétudes et de sacrifices. Autre source de stress, sans doute la plus intense : trouver les ressources pour payer le loyer et ne pas tomber dans la rue du jour au lendemain.

Image

« À un moment, j’étais tellement prise à la gorge que je me suis retrouvée à la rue pendant plus d’un mois, avant de trouver une solution d’hébergement »

C’est le cas de Viviane, 40 ans, qui peine à boucler les fins de mois malgré un emploi à plein temps de femme de ménage. Le soutien alimentaire qu’elle reçoit au CAJ lui est donc très précieux, témoigne-t-elle :

« J’ai trois filles, je suis à plein temps, mais je n’arrive pas à m’en sortir, même en faisant des heures supplémentaires ! À un moment, j’étais tellement prise à la gorge que je me suis retrouvée à la rue pendant plus d’un mois, avant de trouver une solution d’hébergement. C’est compliqué, tout est très cher. Je ne peux pas économiser. Il m’est impossible de tout concilier, je dois donc faire des choix. Bien souvent, les sacrifices se font sur les courses alimentaires, je n’ai pas le choix… »

AUTRES TÉMOIGNAGES :

LE SOUTIEN DU SECOURS ISLAMIQUE FRANCE AUX ÉTUDIANTS PRÉCAIRES

D’après une étude de l’Union nationale des étudiants de France parue en août 2022, l’augmentation du coût de la vie se traduit par une dépense annuelle supplémentaire de 428 € pour les étudiants. Ces derniers ne sont pas épargnés par la précarité alimentaire. En collaboration avec l’Université de Paris 8 mais aussi à Lyon, le SIF procède donc à des distributions alimentaires pour leur venir en aide.

« Je ne peux plus m’acheter à manger »

« Je ne peux plus m’acheter à manger, j’ai deux loyers en retard. Chaque soir, je me couche en me demandant si je ne serai pas obligé de dormir sur un banc public le lendemain. J’essaie de travailler un peu à droite et à gauche mais je n’arrive pas à trouver quelque chose de régulier qui me permette de concilier le travail et mes cours. Je ne m’en sors pas, et ce serait catastrophique si je n’avais pas l’aide du SIF… »

« Moralement, je suis à bout… »

« Ce que fait le SIF pour nous est vital. C’est devenu tellement dur que j’ai pensé à tout plaquer. Ce sont mes amis qui m’ont convaincue de continuer mes études, mais je connais beaucoup d’étudiants qui ont arrêté. Je suis tellement anxieuse qu’il y a des périodes où je n’arrive plus à me concentrer ni à écrire, mon cerveau est comme bloqué. C’est très problématique quand on fait de la recherche… J’ai peur du présent comme de l’avenir. »

« Quand j’ai payé mon loyer, il ne me reste que 100 € pour vivre… »

« Mes parents ne peuvent pas se permettre de m’aider. Quand j’ai payé mon loyer, il ne me reste que 100 € pour vivre, alors que j’ai un petit job d’étudiant en parallèle de mes études.  J’ai perdu une année, j’étais tellement inquiète que je n’arrivais plus à me concentrer. Je n’ai pas réussi à valider mes examens. Mais je m’accroche, le soutien alimentaire du SIF est essentiel, il m’aide à tenir et à m’accrocher… »

Image

La grande précarité affecte des millions de personnes.

 En France aussi, la faim gagne du terrain

 Soyons solidaires !