Le Secours Islamique France
au soutien de la
Coalition citoyenne pour le Sahel

En réponse aux exactions de plus en plus nombreuses et graves subies par les civils au Sahel, la Coalition citoyenne, dont le SIF est membre à l’instar de nombreuses ONG d’envergure internationale, publie en ce mois d’avril son rapport. L'approche est centrée sur les besoins réels des populations : « Sahel, ce qui doit changer. »

C’est une crise humanitaire majeure et de plus en plus destructrice. Au Sahel, la situation n’en finit plus de s’aggraver : selon l’ACLED*, 2020 s’est avérée l’année la plus meurtrière pour les populations civiles. Victimes de groupes terroristes, voire même de militaires chargés de les protéger, 2 440 personnes ont perdu la vie au Burkina Faso, Mali et Niger !

Soutenue par de nombreuses ONG de solidarité internationale connues et reconnues comme le Secours Islamique France, la Coalition citoyenne** pour le Sahel tire donc la sonnette d’alarme. En ce mois d’avril, elle publie un rapport au message fort :

« Sahel, ce qui doit changer. Pour une nouvelle approche centrée sur les besoins des populations  »

Dans le centre du Sahel, le danger est omniprésent. Ce contexte extrêmement instable pousse à de nombreux déplacements de population. Près de 2 millions de personnes, dont plus d’un million d’enfants, ont quitté leur foyer dans l’urgence. Preuve de l’escalade de la violence, ces déplacés forcés sont vingt fois plus nombreux qu’en 2018 !

Image

Sur place, la situation est donc tragique. L’ONU estime malheureusement que l’insécurité a provoqué une crise alimentaire aigüe pour 6,6 millions de personnes. Dans le même temps, les perspectives d’avenir de 13 millions d’enfants, privés d’école, sont très sombres. En toile de fond, la pandémie de la COVID-19 ne fait qu’accentuer le malaise général.

Dans son rapport « Sahel, ce qui doit changer. Pour une nouvelle approche centrée sur les besoins des populations », la Coalition citoyenne pour le Sahel présente avec le soutien sans réserve du Secours Islamique France (SIF) une liste de recommandations aux gouvernements Sahéliens, mais aussi aux organisations régionales et à leurs partenaires internationaux. Pour plus d’efficacité, l’ambition est de construire une réponse collective à une crise multidimensionnelle.

La réflexion s’articule autour de quatre piliers :

  • Prioriser la protection des civils en la plaçant au cœur de la réponse à la crise au Sahel, et pas seulement la lutte contre le terrorisme, au cœur du mandat des toutes les opérations militaires menées par les Etats sahéliens 
  • Promouvoir une stratégie politique qui s’attaque aux causes profondes de la crise, en favorisant le dialogue local avec l’ensemble des parties, dont la société civile, avec le soutien public des partenaires internationaux ;
  • Répondre à l’urgence humanitaire, en facilitant notamment l’accès à l’assistance aux populations touchées. Les financements doivent prendre en compte les besoins spécifiques et les contraintes ;
  • Lutter contre l’impunité en instaurant, entre-autres, une politique de tolérance zéro à l’égard des violations commises par les milices mais aussi par les forces de défense et de sécurité, pour restaurer l’autorité des Etats, en menant des enquêtes justes et impartiales

*ACLED : Armed Conflict Location and Event Data Project est une ONG spécialisée dans l’analyse des crises.
** Crée en 2020, la Coalition citoyenne est une alliance informelle d'organisations de la société civile du Burkina Faso, du Mali, du Niger et d'autres pays d'Afrique de l'Ouest. Le SIF est membre cette initiative, comme de nombreuses ONG internationales. Retrouvez les quatre piliers autour desquels nous invitons les Etats à articuler leurs interventions au Sahel.