MARAUDE SOCIALE

 

LE CAP DE LA 1 000ÈME MARAUDE SOCIALE FRANCHI GRÂCE AUX BÉNÉVOLES

Sans relâche, depuis 2009, des équipes de bénévoles du Secours Islamique France sillonnent les rues de la Seine Saint-Denis à la rencontre de personnes exclues sans abri. Le cap de la 1 000ème maraude sociale a été franchi le mois dernier.

« Les bénévoles font un travail impressionnant, souligne Nelly, assistante sociale Urgence et insertion auprès du bureau de Saint-Denis du Secours Islamique France. Ce sont eux qui, depuis 2009, font vivre cette solidarité. Trois fois par semaine, jusque tard le soir, ils sont là. »

La mission de ces maraudeurs, qui interviennent par équipe de 4 à 5 personnes, été comme hiver, consiste d’abord et avant tout à apporter du réconfort humain. « C’est vraiment essentiel pour des personnes à qui très peu de monde parle habituellement. », explique Nelly.

Outre un peu de chaleur humaine, les équipes bénévoles partagent un café, une collation et remettent, selon les besoins et la saison, des kits d’hygiène ou des duvets. Elles sont là aussi pour s’assurer que les personnes ne sont pas en danger. Elles veillent, par exemple, à ce qu’elles aient de quoi se couvrir, identifient les fragilités, physiques comme psychologiques... Le cas échéant, les maraudeurs contactent le 115 pour que celui-ci tente de trouver un hébergement.

A l’inverse, le 115 contacte les équipes de bénévoles du SIF avant chaque maraude  et leur signale toute personne en situation de détresse dans leur secteur d’intervention afin qu’elles puissent aller à sa rencontre au plus vite. Les maraudeurs restent en contact avec le 115 pour qu’une solution soit trouvée en fonction des places disponibles.

« On n’a pas toujours de solution malheureusement. Le manque de place d’hébergement est ce qui est le plus difficile à gérer», déplore Nelly.

Les quelques 60 bénévoles qui participent aux maraudes font un travail difficile et essentiel. De nombreuses personnes que ces maraudeurs ont réconforté s’adressent ensuite spontanément au SIF lorsqu’elles ont besoin d’aide. « Grâce aux bénévoles, elles savent qui contacter si, un jour, elles ont besoin d’aide. Elles peuvent nous appeler ou passer nous voir directement. »

Le fait d’avoir accompli déjà 1 000 maraudes depuis 2009 témoigne de l’utilité de ce travail et de la formidable générosité des bénévoles du SIF. Mais c’est aussi faire le triste constat que, depuis 2009, « le besoin est toujours là et il est bien réel ».