Accueil

URGENCE Calais

 

un état des lieux inquiétant

Caroline, membre du SIF se rend régulièrement à Calais.
 
Elle nous livre son témoignage sur l’augmentation de réfugiés arrivés sur place.
 
« Le 21 novembre dernier, accompagnée de 3 autres bénévoles, je me suis rendue comme je le fais tous les 6 mois depuis 5 ans dans la « jungle » de Calais.
5 ans déjà ! Initialement, nous n’apportions que quelques vêtements et chaussures, uniquement pour homme, afin d’espérer améliorer un peu le sort des quelques centaines de migrants qui attendaient de pouvoir « passer » en Angleterre. Et puis, au fil des mois, bien avant que les médias ne se saisissent de ce sujet, nous avons vu la situation empirer : migrants de plus en plus nombreux – plus uniquement des hommes, mais aussi des femmes et des enfants ! – et conditions de vie de plus en plus déplorables.
 
Le centre Jules Ferry n’existait pas il y a 5 ans. En ce 21 novembre 2015, nous y sommes arrivés sous un ciel de plomb et un vent qui soufflait fort, sans discontinuer.
 
Quelques améliorations, mais…
 
Depuis notre dernier voyage, qui remontait au 22 août, on constate quelques améliorations : installation de WC, couverture en tôle au-dessus de la file d’attente pour la distribution des repas, nouveaux bâtiments en dur pour le stockage des dons aux différentes associations d’aide aux migrants.
 
 
 
Cependant, on ne peut qu’être frappé par le dénuement qui règne. Des tentes et des bâches à perte de vue sur les dunes et le long du chemin cabossé et boueux qui mène au centre. Des va-et-vient incessants vers un point d’eau précaire dont les canalisations, en partie en plein air, exploseront sûrement avec l’arrivée des grands froids.
 
 
« Is it a line ? Shoes ? Shoes »
 
À peine suis-je sortie pour me présenter au contrôle d’identité désormais obligatoire à l’entrée du centre (une conséquence des attentats du 13 novembre) qu’une dizaine de réfugiés, voyant nos deux voitures aux coffres pleins à ras bord, sont venus m’aborder pour savoir si nous allions faire une distribution : « is it a line ? » demandaient-ils. Et surtout : « Shoes ? Shoes ? ». Le manque de chaussures est criant. J’ai même vu un Égyptien en tongs, m’expliquant qu’il chaussait du 44. J’ai essayé d’expliquer que nous ne distribuerions pas directement ce que nous avions amené mais que nous allions le confier à une association pour distribution ultérieure. Comment ne pas se sentir mal à l’aise quand on est soi-même bien au chaud dans ses bottes !
 
Je me demande comment vont faire toutes ces personnes sous leur bâche lorsque le froid va empirer et alors que les journées sont de plus en plus courtes !
Heureusement, dans tout ce marasme de ciel sombre, de froid, de pluie, de boue, il reste des raisons d’espérer…
 
 
Croire en l’homme
 
On nous a dit qu’environ 4 500 personnes étaient désormais entassées sous les bâches et les tentes qui ont colonisé les dunes. Et pourtant, pas d’émeutes, pas de cris, pas de violence. Pas une seconde je ne me suis sentie agressée ou en insécurité quand toutes ces personnes déracinées sont venues nous voir. Ils sont calmes et dignes. Et que dire de tous ces bénévoles qui donnent de leur temps et de la chaleur humaine, certains se rendant tous les jours au centre Jules Ferry ! Nous avons vu des gens venir en voiture et distribuer directement des vêtements aux réfugiés. J’ai rencontré un jeune homme venu spécialement des Pyrénées pour aider pendant quelques jours ! Il y a Jeanne aussi, 90 ans, qui participe à la distribution des repas tous les jours depuis des années et tant d’autres qui me redonnent foi en l’espèce humaine. Merci à eux !

Les dernières actions du SIF

Samedi 10 octobre, le Secours Islamique France a renouvelé son opération de distribution de colis à Calais. 3 000 colis alimentaires ont été distribués par une vingtaine de membres du SIF. Le constat est clair : par rapport à nos distributions précédentes, le nombre de réfugiés s’est énormément accru dans les camps. Les besoins sont de plus en plus nombreux et urgents.

 

 

CALAIS: OPERATION D’URGENCE HUMANITAIRE

Il y a moins de deux mois, nous étions déjà à Calais où nous avons distribué plus de 6000 colis alimentaires:

 

 

Paris, le 30 juin 2015

La situation des exilés à Calais tourne à la crise humanitaire majeure et appelle désormais une réponse d’urgence. Face à la réaction tardive des pouvoirs publics, quatre organisations humanitaires - Médecins du Monde, le Secours Catholique Caritas France, le Secours Islamique France et Solidarités International - ont décidé de s’associer pour répondre à cette urgence et soutenir les acteurs locaux débordés.