Droits de l’enfant : le SIF présent à l’événement Objectif Enfance

Image
Image

30 ans après la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), quelles perspectives pour la politique internationale de la France ?

Le Secours Islamique France (SIF) est engagé, avec 17 autres ONG, dans le Groupe Enfance. Créé depuis 2014, son but est d’apporter une attention constante et soutenue aux enfants et à leurs droits. Le 6 février 2020, le SIF était présent dans le cadre de l’événement annuel Objectif Enfance, autour de la problématique “30 ans après la Convention IDE, quelles perspectives pour la politique internationale de la France ?”

Laura Le Floch, chargée de Plaidoyer au SIF et membre du comité de pilotage du Groupe Enfance, est intervenue pour encourager l’Etat français à faire des droits de l’enfant une priorité de sa politique de coopération et de solidarité internationale :

Les enfants sont la population la plus vulnérable à l’extrême pauvreté, aux inégalités mondiales et à la violence. Dans le cadre de sa politique de solidarité internationale, la France peut agir pour que les droits de l’enfant deviennent une réalité.
Nous avons célébré en 2019 le 30ème anniversaire de l’adoption de la CIDE, ratifiée par la France le 26 janvier 1990. Mais bien que ce traité international soit aujourd'hui largement ratifié de l’histoire et juridiquement le plus contraignant envers les Etats, les organisations des Nations Unies rapportent des statistiques catastrophiques sur la situation des enfants dans le monde.

Encore aujourd’hui, 1 enfant sur 4 dans le monde vit dans un pays en conflit ou ravagé par des bouleversements majeurs[1] et près de 265 millions d’enfants ne sont actuellement pas scolarisés.
Concrétiser les droits de l’enfant constitue un levier puissant pour atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD), la paix et l’égalité. Agir sur les droits de l’enfant a un impact très concret et durable sur les parents, les communautés et l’environnement de l’enfant.
En Afrique subsaharienne, par exemple, si tous les étudiants de pays à faibles revenus sortaient du système scolaire en ayant acquis des compétences de lecture de base, 171 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté[2]. Et si chaque fille terminait ses études primaires, la mortalité maternelle pourrait chuter de 70 %2.

A travers ses projets de terrain et ses actions de plaidoyer, le SIF lutte depuis sa création contre les causes profondes des violations des droits des enfants et cherche à apporter des changements dans les politiques et les pratiques afin d'améliorer durablement leur vie.