Secours Islamique France (SIF)

DE LA PREVENTION MEDICALE À L’ACCÈS AUX SOINS, UN TRAVAIL DE FOND

Dans l’accompagnement social du SIF dans notre pays, l’organisation de rencontres entre nos bénéficiaires et des médecins partenaires pour faire le point, prévenir et déceler les maladies, l’orientation vers des centres médicaux et l’aide à l’accès aux soins permanente font partie des priorités absolues. C’est donc également le cas à notre Mise à l’abri temporaire pour femmes vulnérables à Livry-Gargan, l’un des dispositifs du plan Grand Froid de notre ONG.

La santé est reconnue comme un droit humain fondamental dans la constitution de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pourtant, en 2022, même en France, des milliers de personnes vivent dans une situation de détresse sociale qu’elles n’ont parfois aucun accès à des soins médicaux. C’est inacceptable ! Le Secours Islamique France (SIF) en a donc fait l’une des bases de l’accompagnement social des bénéficiaires de nos dispositifs d’accueil et d’hébergement d’urgence.

Des visites médicales à la Mise à l’Abri temporaire

Cette ligne directrice guide notamment les travailleurs sociaux qui gèrent la Mise à l’Abri temporaire du SIF à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis). Reconduit chaque hiver, ce dispositif est intégré au plan Grand-Froid du SIF. Du 31 janvier au 8 mars de 18h00 à 9h00, nos équipes accueillent 10 femmes vulnérables et bien souvent très marquées par un accident de vie dans un gymnase aménagé, prêté par la mairie. Le 9 février, Hassan M., le directeur des Missions sociales en France du SIF a d’ailleurs présenté la MAB temporaire au maire (DVD) de Livry-Gargan, Pierre-Yves Martin.

...
Image

Pierre-Yves Martin, le maire de Livry-Gargan, est venu à la Mise à l’Abri du SIF avec une partie de son équipe. L’élu a échangé avec les femmes vulnérables prises en charge

L’élu est venu accompagné de Roselyne Bordes, son adjointe chargée des actions et affaires sociales, de l’emploi et de l’insertion, de Marine Fournier, conseillère municipale déléguée à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les violences faites aux femmes. La directrice du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) Suzanne Fugier était également présente.    

Dès les premiers jours, toutes les bénéficiaires ont reçu la visite de médecins, qui se sont longuement entretenus avec chacune d’entre-elles. Ce moment est très important et renforce l’aide apportée par les lits, les repas chauds, les infrastructures sanitaires et le soutien psycho-social.  

Image

Le docteur Spindler passe en revue l’historique de santé de Namissa, l’une des bénéficiaires de la Mise à l’Abri du SIF à Livry-Gargan, dans une démarche préventive et curative

Beaucoup de bénéficiaires ne connaissent pas leurs droits

Pour Rachid E.A., Responsable de la MAB de Livry-Gargan pour le SIF, la démarche est fondamentale :

« Les femmes de la MAB sont rassurées après s’être entretenues avec le médecin. Elles se posent des questions sur leurs souffrances, et parviennent à poser des mots sur leur mal-être. Les docteurs leur donnent des conseils, des orientations : elles se sentent prises en considération, respectées, et ça leur fait beaucoup de bien. »

Image

Rachid E.A., Travailleur social au SIF et Responsable de la MAB temporaire de Livry-Gargan, aide les bénéficiaires dans leurs démarches pour une couverture santé

...

Étudiants, familles, femmes isolées et hommes en difficulté, la précarité n’épargne personne

De son côté, Michael H., le Responsable des Missions sociales du SIF à Lyon, est frappé par l’ampleur des besoins. En France, plus de 9 millions de personnes, selon l’INSEE, vivent dans une situation de grande précarité. Malheureusement, les conséquences économiques de la pandémie qui perdure depuis presque deux ans sont catastrophiques. Michael H. indique :

« Au regard de l’urgence dans laquelle se trouve certaines personnes, les Paniers solidaires sont très importants. Il y a beaucoup d’étudiants, qui ne trouvent plus de petit boulot. Il y a aussi des familles, notamment composées de réfugiés, logées dans des hôtels sociaux, sans revenus ni aucune aide, sinon des chèques alimentaires de 50 ou 60 euros par semaine. Dans ces conditions, il leur est impossible de manger à leur faim, de couvrir les besoins fondamentaux de leurs enfants. Au moins, avec les colis alimentaires qu’on leur donne, ils ont à manger… »

Image

Rachid E.A., Travailleur social au SIF et Responsable de la MAB temporaire de Livry-Gargan, aide les bénéficiaires dans leurs démarches pour une couverture santé

Des propos cohérents avec ceux de l’un des médecins venus à la MAB, le docteur Denis Spindler, qui travaille pour le Centre de Santé Simone Veil, situé à Livry-Gargan. Il explique :

« On fait le point avec elles, ce qui permet de comprendre leurs antécédents, et de dépister certaines pathologies. Notre approche est curative, en établissant un diagnostic si besoin, en faisait le bilan des vaccinations, etc. Mais elle est aussi préventive : la plupart ne connaissent pas les démarches à effectuer et n’ont aucune couverture sociale… »

La domiciliation du SIF, une étape cruciale vers la couverture santé universelle

C’est à cette étape qu’entrent de nouveau en jeu les équipes du SIF. Bien souvent, les bénéficiaires ont besoin d’une domiciliation, point de départ de toute démarche administrative. Le SIF leur fournit donc une adresse, qu’elles peuvent communiquer et utiliser pour recevoir du courrier. Le processus d’obtention d’une couverture maladie universelle sur le long terme est donc enclenché.

Des solutions de santé temporaires en cas d’urgence

En attendant, les médecins font le nécessaire en partenariat avec le SIF afin d’assurer à ces femmes vulnérables une couverture santé temporaire, donc des examens, soins et médicaments dont elles pourraient avoir besoin. Après un long passage dans la rue, marqué par la solitude et le froid, Namissa* s’est rapidement sentie en confiance auprès des praticiens et confie :

« Je ne sais pas où aller, j’avais nulle part où dormir. Je m’étais réfugiée dans une gare à Saint-Denis, où je me sentais tellement en danger que je n’arrivais pas à dormir. J’étais vraiment au plus mal, j’étais si fatiguée et j’avais si froid que j’avais peur de tomber malade. A la Mise à l’Abri du SIF, enfin, je me sens protégée… »

Image

Les médecins partenaires du SIF débriefent après les échanges qu’ils ont eus avec les femmes vulnérables à la MAB de Livry-Gargan. Objectif : préventions et soins médicaux

Le SIF travaille de la même manière dans ses dispositifs en faveur des sans-abri, tels que les maraudes sociales et alimentaires. Assistante sociale au CHU du SIF, Fatoumata K. conclut :

« La santé, c’est vraiment la base de tout. Certaines femmes arrivent au CHU très abîmées, blessées, avec des douleurs. On prend beaucoup de temps à leur expliquer leurs droits, la plupart n’ont jamais été dans une telle situation, et sont démunies, elles ne savent pas quoi faire. Elles ont vraiment besoin d’une prise en charge rapide, solide, gratuite. C’est vraiment fondamental, donc prioritaire pour le SIF… »

Image

Dans les locaux du SIF à Massy, que ce soit à la Mise à l’Abri ou au Centre d’Hébergement d’Urgence, nos travailleurs sociaux sont à l’écoute des problèmes de santé des bénéficiaires, et les orientent