PALESTINE - GAZA
Le SIF installe des stations d’épuration des eaux usées

Lors de la COP 26 de novembre 2021, le SIF a présenté l’un des projets menés par nos équipes autour de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement à Gaza, où la ressource est très rare et chère. Outre la préservation des stocks d’eau potable, le recyclage des eaux usées est écoresponsable et permet de lutter contre l’insécurité alimentaire de 300 familles précaires, qui peuvent développer leur potager.  

En Palestine, l’eau potable est très rare. À Gaza, la situation est encore plus dramatique qu’ailleurs : plus de 95% de cette indispensable ressource est impropre à la consommation ! Pour tenter de compenser, 90% des foyers gazaouis achètent de l’eau provenant du dessalement. Même de dix à trente fois plus chère, elle reste de très mauvaise qualité. Dans le reste du pays, ce sont plus de 60% des familles qui n’ont pas d’accès direct à une eau saine, exempte de toute contamination.

Du traitement des eaux usées en faveur de 1 800 personnes

Basé en Palestine depuis 2008, le Secours Islamique France (SIF) mène des actions d’urgence quand c’est nécessaire, mais aussi de développement sur le long terme. Pour contribuer à aider la population à préserver ses maigres ressources en eau potable, nos équipes ont mis en place à Gaza un projet de recyclage des eaux usées. Ce dispositif humanitaire soutient plus de 1 800 personnes vulnérables. Responsable du Desk Proche-Orient, Afrique et Maghreb au SIF, Maria F. l’a présenté à distance en novembre 2021 lors de la COP 26, sommet mondial incontournable organisé par les Nations Unies.

Lutter contre l’insécurité alimentaire, tout en économisant de l’eau potable

Notre collaboratrice a donc évoqué l’installation d’unités de traitement des eaux usées dans les logements de 300 familles. Simple d’utilisation, ce matériel est régulièrement entretenu par nos équipes locales, qui forment les bénéficiaires à sa bonne utilisation. Si elle n’est pas potable, l’eau traitée est généralement utilisée pour les cultures. Dans la bande de Gaza, près d’une personne sur deux souffre d’insécurité alimentaire : le projet du SIF permet aux familles de développer leur propre potager sans gaspiller d’eau propre à la consommation. Elles réalisent également des économies financières sur les factures d’eau.

Image

Les équipes du SIF viennent régulièrement effectuer la maintenance des stations d’épuration des eaux grises installées à Gaza

Des conditions d’hygiène améliorées

Autre bénéfice, et non des moindres : l’action de notre ONG contribue à améliorer les conditions d’hygiène des bénéficiaires. En Palestine, c’est d’ailleurs un véritable enjeu de santé publique. Ainsi, l’eau traitée présente également un intérêt majeur en termes d’assainissement pour les populations les plus vulnérables : elle peut être recyclée en étant utilisée dans les chasses d’eau. Ce projet aide donc également à limiter la propagation de maladies hydriques, des fléaux potentiellement mortels et fragilisant particulièrement les enfants.

Accompagnement et sensibilisation des bénéficiaires

En outre, le projet de traitement des eaux du SIF à Gaza est renforcé par la mise en place d’un accompagnement dans la durée. Sur place, nos équipes organisent des ateliers de sensibilisation et encouragent le partage d’expérience entre les bénéficiaires. Nos équipes en profitent pour faire de la pédagogie sur l’intérêt plus écoresponsable d’une démarche qui permet de limiter le gaspillage de l’eau consommable.

Image

L’accompagnement des bénéficiaires fait partie intégrante de cette action du SIF à Gaza, nos équipes sensibilisent les bénéficiaires sur l’utilisation du dispositif

Le SIF voit d’ailleurs plus loin en collaborant avec les municipalités pour proposer et encourager la mise en place du recyclage des eaux grises dans les bâtiments publics ou résidentiels. L’intérêt est, en effet, global : le projet de notre ONG contribue à la réduction de la consommation d’énergie, puisqu’il permet de limiter les volumes d’eau traités dans les rares stations d’épuration de Gaza.