CRISE SANITAIRE CORONAVIRUS : le SIF maintient son action humanitaire
0 J - 0 H - 00 MIN - 0 SEC

 

GAZA – CISJORDANIE, RETOUR DE L’EQUIPE DU SIEGE : ETAT DES LIEUX ET PROJETS

Mis à jour le 10/12/12

L'équipe du siège est revenue de sa mission en Territoires Palestiniens et nous livre les actions en cours ou prévues pour améliorer la condition des populations depuis le cessez-le-feu:

Le principal objectif de notre mission était en premier lieu l’évaluation de nos programmes en Territoires palestiniens à savoir la clôture de la 1ère année du programme de Protection de l'Enfance dans nos centres pour enfants en Cisjordanie et le suivi du programme Lait et biscuits « Milk for Preschoolers » au sein de nos maternelles à Gaza.

 Amel, responsable programmes Maghreb-Moyen-Orient, développe : « En raison de l’éclatement des violences et des dégâts survenus, l’urgence a pris le dessus par le biais de distribution (toujours en cours) de 1 900 kits d’hygiène et de 5 800 couvertures. L’équipe de Gaza avait déjà préparé un stock de kits depuis l’opération « Plomb Durci » de 2009. Ces kits d’hygiène et couvertures ont été distribués en coordination avec l’UNRWA qui a pu accueillir 12 000 personnes déplacées dans ses centres scolaires

alt

 

Maintenant, le temps est à la préparation aux urgences et à l’évaluation ;  le SIF continue ses programmes d’aide  avec une adaptation à l'urgence et projette de mettre en place un stock de contingence de 1 000 kits cuisine, 1 000 kits d’hygiène et de 1 000 rations sèches alimentaires pouvant satisfaire les besoins nutritionnels de 1 000  personnes durant un mois (lentilles, lait en poudre, etc.) et éviter les manques liés aux pénuries. De même, l’équipe de Gaza fait le tour des 78 maternelles pour évaluer les dégâts matériels et la situation psycho-sociale des populations.

En Cisjordanie, en raison des tensions politiques, le travail des humanitaires devient de plus en plus difficile. Mais après le cessez-le-feu, nous avons décidé de renforcer l'aide psycho-sociale pour les populations que nous aidions mais aussi pour nos équipes sur place.»

Concernant les kits, après des évaluations et une préparation logistique depuis l'Egypte, l'achat des produits se fera à l'intérieur même de Gaza afin de participer à son effort économique : kits cuisine, kits de réhabilitation (réparation des maisons), kits d’hygiène, kits mère-enfant, kits de secours. Rachid, logisticien SIF envoyé en Egypte explique : « Lorsqu’une urgence arrive, il faut être opérationnel  le plus rapidement possible, nous avions 400 000 euros d’achat à effectuer en 10 jours, c’est beaucoup de pression sur nos épaules. Il faut identifier les fournisseurs, quantifier les achats, recruter du personnel local, gérer l’administration et la circulation égyptiennes ! Nous sentions vraiment l’attente urgente des équipes terrain. »

Amel reprend : « Le SIF, par ses équipes sur le terrain, a été identifié comme une des organisations humanitaires les plus réactives face à l’urgence par le biais des distributions de kits et le développement de ses programmes. Cela a été possible grâce un déblocage de fonds rapide et à une coordination entre l’équipe de Cisjordanie et celle de Gaza. »

 

JOURNEE INTERNATIONALE DE SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN

MAJ du 04/12/12

A l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, nos pensées vont aux victimes des bombardements qui ont eu lieu au cours des dernières semaines. Comme vous le savez, nos équipes sont depuis le début de la crise aux côtés des populations palestiniennes pour leur venir en aide.

Pendant les attaques, 16 des centres préscolaires dans lesquels nous travaillons toute l'année ont été endommagés (fenêtres et mobiliers cassés, murs fendus, plafonds crevés, etc). Et, bien sûr, le traumatisme des enfants est fort.

Après avoir débloqué un fonds d'urgence, le SIF a pu distribuer les kits d'urgence aux nombreuses familles qui manquaient de tout, dans un contexte où les distributions d'aide étaient encore très rares et limitées et où très peu d'acteurs arrivaient à agir.

Pour l'instant, le cessez-le-feu semble se maintenir et la population reprend peu à peu ses activités: ouverture des magasins, retour des enfants à l'école, sorties des pêcheurs au large de la côte, etc. Tout reste encore à reconstruire et la population a besoin de vous. Nous mettons tout en œuvre pour apporter un soutien psycho-social aux enfants qui sont véritablement traumatisés par la situation. Aussi, nos équipes réapprovisionnent les stocks d'urgence.

A plus long terme, nous envisageons de réhabiliter les écoles endommagées ou détruites.

 

alt

 

LE SECOURS ISLAMIQUE FRANCE APPELLE A LA LEVEE DU BLOCUS DE GAZA

Mis à jour le 29/11/12 

Dans l'édition du Monde datant du mardi 27 novembre, 5 associations humanitaires (CCFD-Terre Solidaire, Handicap International, Secours Catholique, Oxfam et le Secours Islamique France) ont signé une tribune appelant à une mobilisation pour la levée du blocus de la Bande de Gaza.

Voici la version intégrale de la tribune que vous pouvez retrouver ici

 Lever le blocus de Gaza une bonne fois pour toutes 
Le cessez-le-feu marque enfin un répit pour les populations civiles. L’allègement du blocus qui paralyse la bande de Gaza, et qui enferme la population dans la pauvreté depuis si longtemps, est en cours de négociation. Mais, si le blocus n’est pas levé une bonne fois pour toutes, les populations civiles vont continuer à souffrir.


« Oui il y a une trêve, c’est évident, reconnait Jabr Qudeih, habitant de la ville de Gaza et père de six enfants, mais toutes les questions importantes pour nous : les postes-frontières, les droits de pêche, les terres agricoles, doivent encore être négociées. »


Nos dirigeants ont l’opportunité unique de s’appuyer sur le cessez-le-feu en vigueur pour apporter un réel changement dans la vie des personnes les plus vulnérables de Gaza. Le gouvernement français doit faire tout son possible pour assurer que la population de Gaza ait enfin accès à la nourriture, à des soins, à du travail et à l’éducation.


 Agissons maintenant 
Israéliens et Palestiniens veulent vivre libérés de la violence. Il faut plus qu’un cessez-le-feu pour les personnes les plus vulnérables de Gaza. Ils ont besoin de la fin du blocus, une bonne fois pour toutes.


CCFD-Terre Solidaire, Handicap International, Oxfam France, Secours Catholique Caritas France et Secours Islamique France appellent le gouvernement français à utiliser toute son influence et aider à la levée du blocus.

Retrouvez la campagne participative de mobilisation sur les réseaux sociaux autour du mot-clef : #endgazablockade

 

RENCONTRE DES EQUIPES DU SIEGE AVEC L'EQUIPE DE TERRAIN A GAZA 

Mis à jour le 26/11/12

L'équipe du siège actuellement en visite à Gaza a pu rencontrer hier nos équipes sur le terrain et prendre de leurs nouvelles directement. Après les 8 terribles jours de bombardements, ils ont en effet pu profiter du cessez le feu pour se rendre sur les lieux. Ils ont été accueillis par les 13 membres de l’équipe au grand complet et les échanges ont été très émouvants et forts.

A l'instar de l'ensemble des Gazaouis, ils vivent des moments très difficiles. Chacun d’entre eux (elles surtout car l’équipe est constituée en majorité de femmes) ont exprimé l’importance que représentait pour eux le fait de savoir que le reste de l’association se sentait concerné par leur sécurité et la difficulté de ce qu’ils avaient traversé au cours de la semaine précédente. Tous disent que les attaques qu’ils ont subies ont été encore plus violentes que celles qu’ils ont pu connaitre en 2009, mais que les deux traumatismes s’additionnent. Pour l’une des salariées, c’est comme s’il y avait une continuité entre ces deux guerres, comme si la guerre n’a jamais cessé. Tous citent le vacarme incessant, les hurlements des enfants, le fait tout simplement de craindre pour sa propre vie et celle de ses proches.

L'une de nos salariés a vu son logement endommagé par le souffle de l’attaque qui a touché le stade jouxtant son immeuble. Un centre d’accueil pour enfants, tout proche, a été en partie détruit par la violence de l’explosion. Un autre a dû se déplacer dans trois endroits différents, espérant trouver refuge, mais à chaque fois, la zone où il se trouvait avec sa famille a été touchée par des attaques. Il y a perdu son beau-frère.

Le sort des orphelins soutenus par les donateurs du SIF et celui des enfants qui fréquentent les centres préscolaires avec lesquels nous travaillons a été l’objet de toutes les inquiétudes de la part de nos équipes. Le premier enfant tué par les attaques, une petite fille de 5 ans, fréquentait l’un des centres inclus dans le programme de fourniture de lait enrichi et de biscuits mis en œuvre par le SIF.
Heureusement, il semble qu’aucun autre enfant bénéficiaire de nos activités n’ait été touché directement. Cependant, 16 des centres préscolaires dans lesquels nous travaillons ont été endommagés (fenêtres et mobiliers cassés, murs fendus, plafonds crevés…etc). Et, bien sûr, le traumatisme des enfants est fort.

Pour l'instant, le cessez-le-feu semble se maintenir et la population reprend peu à peu ses activités: ouverture des magasins, retour des enfants à l’école, sorties des pêcheurs au large de la côte, etc.  Mais dans les récits, l’émotion est palpable et les gestes des uns et des autres rappellent la triste réalité de ce qui vient de se passer.

 

LE SIF DISTRIBUE DES KITS D’URGENCE A GAZA, SE PREPARE EN EGYPTE ET EN CISJORDANIE

Mis à jour le 23/11/12

Pour mener à bien ses différentes actions dans la région, le SIF a débloqué un fonds d’urgence de 700 000 euros.

A Gaza, une partie des stocks de contingence (950 kits d’hygiène) que le SIF avait pré-positionnés ont pu être distribués dans 8 des centres de l’UNWRA* qui a ouvert ses écoles pour accueillir des milliers de déplacés. Ce partenariat avec l’UNWRA a permis de toucher de nombreuses familles manquant de tout, dans un contexte où les distributions d’aide restent encore très rares et limitées et où très peu d’acteurs arrivent à agir.

En renfort, une équipe logistique du siège du SIF vient d’être dépêchée en Egypte pour coordonner les achats et préparer un approvisionnement de kits dans l’objectif de les acheminer vers Gaza et quelques 39 000 bénéficiaires indirects. 

alt

Ces kits sont composés selon les besoins estimés, à savoir, hygiène, mère-enfant (couches, biberon, etc.), nécessaire de cuisine, réparation fenêtre et nourriture.

 A Ramallah en Cisjordanie, nos équipes se coordonnent avec les autres acteurs. L’assistance humanitaire du SIF se concrétise, tant au point de vue logistique que financier pour l’acheminement de kits d’urgence et la mise en place d’un soutien psycho-social aux enfants. Les destructions étant importantes, les premières mesures d’aide vont pouvoir être mises en place et les évaluations commencer: manque de médicaments et de matériel dans les structures médicales, problèmes de fonctionnement des pompes à eau, manque de produits alimentaires et de première nécessité. L’équipe du SIF de Ramallah tente de faire acheminer vers Gaza des colis de lait enrichi et de biscuits vitaminés pour pallier aux carences nutritionnelles des enfants.

Amel Abou El Ghayth, responsable Desk Maghreb-Moyen-Orient présente sur place, revient sur les derniers jours passés et les objectifs du SIF: « Tout comme les populations civiles, nos équipes ont été contraintes de rester à leur domicile, coincées sans possibilité de fuir ou de se réfugier. Après notre mobilisation avec 37 autres ONG (AIDA) pour la demande de trêve afin d’acheminer une aide humanitaire d’urgence, notre objectif, en plus de coordonner au mieux l’assistance, est de renforcer la pression des représentants politiques pour que la protection des populations civiles soit assurée. »


(*) l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient

 

JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT 

Mis à jour le 22/11/12

alt

- 51% des 1,7 millions d’habitants que compte la bande de Gaza sont des enfants. Depuis 8 jours, ils sont soumis à des bombardements intenses et continus. Une trentaine d’enfants ont été tués et plus de 250 ont été blessés.

- Le danger permanent, le vacarme, les dommages causés aux logements dont les fenêtres et portes volent en éclat, dont les murs tremblent, génèrent des traumatismes particulièrement graves pour les enfants liés à l’anxiété et au stress.

- Le Secours Islamique France, dont les équipes travaillent à apporter une aide à la population de Gaza, demande que soient protégées les populations civiles conformément aux règles du droit international humanitaire.

 

LE SIF DEMANDE UNE TREVE POUR ACHEMINER L'AIDE HUMANITAIRE

Mis à jour le 19/11/12

alt

En raison de l’intensification des frappes dans la Bande de Gaza, de la situation sanitaire difficile, de l’accès problématique aux soins médicaux et de l’impossibilité des populations civiles à se mettre à l’abri ; le SIF demande, dans un communiqué de presse, la mise en place de trêves afin d’acheminer l’aide humanitaire. Pour en savoir plus: Communiqué de presse


De plus, le SIF s’est joint à 37 autres organisations pour exprimer leur crainte d’un « désastre humanitaire à Gaza si la confrontation militaire continue » dans un communiqué commun d'AIDA (Association of International Development Agencies), organisme de coordination regroupant des organisations humanitaires et de développement travaillant dans les Territoires Palestiniens et en Israël.

 

SOLIDARITE PALESTINE : NOUVELLE ESCALADE DE VIOLENCE A GAZA

Mis à jour le 16/11/12

SolidaritePalestineDepuis plusieurs années, les Palestiniens vivent dans des conditions de vie plus que difficiles et doivent faire face aux humiliations quotidiennes et à la précarité. Les récents évènements à Gaza laissent présager une escalade militaire qui risque d'être lourde de conséquences, notamment sur le plan humanitaire.

Sur place, les Gazaouis vivent une situation extrémement effayante et menaçante. Face aux attaques et aux frappes incessantes, les habitants, effrayés, restent terrés dans leurs habitations. Les murs tremblent et il est impossible de fermer l'oeil sur l’ensemble de la Bande de Gaza.

L’échelle des attaques semble plus violente que lors de l'offensive de 2009. Même si l'on ne note pas pour l'instant de pénurie en termes de nourriture, d'eau, etc. la situation peut très vite se dégrader.

Ce matin, durant la trève de 3h suite à la visite du Premier Ministre egyptien, il y a eu des queues importantes dans les boulangeries car tout le monde est sorti en même temps pendant l’accalmie.
L
es hopitaux de Gaza ont d'ailleurs fait un appel pour la fourniture de médicaments et matériel médical, en préparation de ce qui semble être le pire à venir. On compte aujourd'hui 23 morts et 235 blessés*.

Adel Kaddum, notre Chef de mission SIF à Gaza, est très inquiet de la dégradation de la situation humanitaire. Les équipes se mobilisent et évaluent actuellement les besoins urgents en prévision de prochaines interventions d'urgence, axées notamment sur la distribution de matériel médical.

Pour mener à bien ses actions, nous avons besoin de votre soutien.

 

(*) Source AFP