NÉ EN PALESTINE

 

 
 
visuel-Palestine16-web
 
 

Entre ruines et insouciance, leur enfance n’est pas comme celle des autres.

Les enfants palestiniens sont les premières victimes du conflit : en plus de vivre dans des conditions difficiles, nombre d’entre eux ne peuvent pas aller à l’école et ont du mal à se construire et se développer.

S’ils sont pour la plupart bien plus matures que leur âge du fait de leur situation, ils n’en restent pas moins des enfants, avec leurs rêves et leurs espoirs, comme Hani, un enfant orphelin gazaoui de 12 ans dont le papa est décédé. (voir témoignages ci-dessous)

 

Comment les aider ?

Divers projets sont mis en oeuvre par nos équipes sur le terrain pour apporter une aide concrète aux enfants palestiniens : actions de protection des enfants, réhabilitation de maisons, distribution de colis alimentaires, etc.

Pour soutenir nos différents projets, faites un don en cliquant sur le bouton ci-dessous. 

 
A titre d'exemple:

Avec 25 €vous offrez un repas complet et équilibré à 5 enfants palestiniens

Avec 50 €vous couvrez les besoins essentiels d’un orphelin pendant 1 mois 

 
 
Le SIF en Palestine, c’est :
  • Une équipe de 30 travailleurs humanitaires  sur place aux côtés de la population, à Gaza et en Cisjordanie

  • De multiples actions humanitaires en faveur des familles démunies : distribution de colis alimentaires, soutien à des centres de protection des enfants, réhabilitation et équipement de maisons, d’écoles et de jardins d’enfants détruits ou détériorés, la distribution de réservoirs d’eau de pluie, etc.

  • Près de 130 000 Palestiniens aidés en 2015

  • 3 768 570 € dédiés à nos projets humanitaires en Palestine en 2015

  • 3 572 orphelins palestiniens actuellement parrainés par des donateurs du SIF

 

Pour que nous puissions faire encore mieux cette année et aider un plus grand nombre de personnes 

Témoignages

 
« JE RÊVE DE DEVENIR MEDECIN POUR AIDER LES GENS à GUERIR » HANI ABU OMERA, 12 ANS
 
Ma mère, c’est ma vie. Je ne peux pas imaginer ma vie sans elle, parce qu'elle souffre pour moi. Je me souviens de mon père et j'ai de bons souvenirs avec lui, je me souviens quand j'avais trois ans, j’avais peur d'un chat, mais mon père m'a aidé et appris à être fort et courageux. Au jardin d’enfants, ils nous donnaient des biscuits et du jus, je mangeais les biscuits et gardais le jus pour mon père, qui en raffolait sans avoir les moyens d’en acheter. 
 
Mes hobbies sont les arts plastiques et l'artisanat, mais mon rêve est de devenir médecin pour aider les gens à guérir. Je rêve aussi de devenir riche et avoir plein d'argent pour acheter des maisons pour les orphelins et les gens sans-abri et donner de l'argent pour les pauvres. Je souhaite que mon rêve devienne réalité.
 
 
Certains enfants, comme Nisreen, rencontrent des difficultés et des troubles psycho-sociaux qui nécessitent un accompagnement soutenu. Nos équipes sur place travaillent avec les centres de protection des enfants pour accompagner et suivre ces enfants, qui sont particulièrement vulnérables.  
 
« Avant, j’utilisais la violence et les cris pour résoudre mes problèmes » Nisreen, 11 ans
 
«Avant de participer à ce projet, je ne pouvais pas exprimer mes sentiments et mes besoins. J'étais si timide et faible… je ne pouvais pas me défendre, alors j'ai utilisé la violence et les cris pour résoudre mes problèmes. (…) J’avais des relations limitées avec les autres, je refusais de participer à quelconque activité pour être toute seule. Je n’aimais pas l’école, j’avais de mauvaises notes.
 
J’ai changé maintenant. Je suis plus forte, plus heureuse et plus confiante. Je participe et j’interagis plus avec les gens à l’école et à la maison. J'utilise maintenant de meilleurs moyens pour résoudre mes problèmes et je sais que cela a eu un impact positif sur mes relations avec les autres ». (…) A l’école, je travaille dur et je vais faire de mon mieux pour être parmi les meilleures de ma classe à l’école. Je suis plus motivée et encouragée à montrer ce dont je suis capable. »