SYRIE

  • Zone : Moyen-Orient
  • Capitale : Damas
  • Superficie : 185 181 km²
  • Population : 23,14 millions
  • Langues : Arabe

 

La Syrie est un pays de la région du Proche-Orient limité par la Turquie au nord, par l’Irak à l’est, par la Jordanie et Israël au sud et par le Liban et la mer Méditerranée à l’ouest. Durant l’Antiquité, la Syrie a constitué un lieu de passage entre l’Egypte et l’ancienne Mésopotamie et a bénéficié de l’influence de plusieurs civilisations (égyptienne, assyrienne, grecque, arabe, franque, turque, etc.). Damas, sa capitale, est l’une des plus anciennes villes continuellement habitées du Moyen-Orient1.
Au « Pays de Cham » (nom antique de la Syrie), la pauvreté touche 11,4% des Syriens, soit près de 2 millions d’individus, réduisant ainsi leur capacité à subvenir à leurs besoins de base. Celle-ci est plus fréquente en zone rurale où elle touche 62% des individus2. En outre, le nord-est du pays est fréquemment touché par des sécheresses qui réduisent considérablement la production de blé et provoquent le déplacement des familles vulnérables vers les zones urbaines3.

 

Depuis 2010, le SIF vient en appui aux populations vulnérables en Syrie 

En 2010, la sécheresse a affecté plus d’un million de personnes dans la région de la Jézireh, regroupant les provinces de Raqqa, Deir Ez Zor et Hassaké. Face à ce contexte, le SIF a mis en place des programmes d’appui à la population de Raqqa, affectée par des problèmes chroniques. Ce faisant, en partenariat avec le ministère de l’Education, le SIF a travaillé sur l’amélioration de l’environnement scolaire des enfants des villages les plus reculés, en leur garantissant un accès à l’eau et en promouvant l’éducation à l’hygiène afin de prévenir la propagation de maladies hydriques. En effet, en 2009, cette région a été touchée par une épidémie de choléra et de nombreuses écoles n’ont plus été connectées au réseau local d’approvisionnement en eau. Ainsi, 26 écoles couvrant plus de 300 élèves, ont été réhabilitées de manière à assurer un accès à l’eau et à l’assainissement.
 

GUERRE CIVILE SYRIENNE : LA PLUS GRANDE CRISE HUMANITAIRE AU MONDE DEPUIS LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Depuis mars 2011, la Syrie est en proie à une guerre civile, issue d’un mouvement de contestation contre le régime en place. La crise syrienne va bientôt entrer dans sa 5ème année, sans fin perceptible.
 
Selon l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, plus de 230 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit. La situation est particulièrement complexe étant donné l’accumulation du nombre de  réfugiés et de déplacés. Presque la moitié de la population – 12,2 millions de personnes –  a un besoin cruel d’aide humanitaire, dont environ 7,6 millions ont été forcées à quitter leur maison et sont donc déplacées au sein même du pays. En effet, la Syrie aujourd’hui est le pays qui comptabilise le plus de déplacés au monde. Beaucoup ont été déracinés de nombreuses fois et des millions ont besoin d’une assistance humanitaire vitale et d’une protection internationale. Au moins la moitié des déplacés sont des enfants. On estime que 4,6 millions de personnes dans le besoin d’une aide humanitaire en Syrie se trouvent dans des zones « difficilement accessibles » pour les acteurs humanitaires.
 
La Commission d’Enquête Internationale des Nations Unies sur la République Syrienne a stipulé que les « agressions systématiques sur les civils » se traduisent en meurtres, exécutions sommaires, massacres, tortures systématiques, viols et autres violences sexuelles, enrôlement et utilisation d’enfants dans les hostilités, disparitions forcées, prises d’otage, attaques par tireurs embusqués, attaques à l’arme chimique à l’encontre des civils, attaques ciblées sur les hôpitaux, le personnel médical et les journalistes – commis en toute impunité par les forces gouvernementales et les groupes armés non étatiques.
 
De plus, plus de 3,9 millions de syriens ont trouvé refuge dans les pays voisins (Jordanie, Egypte, Turquie, Liban). On compte 1,7 millions d’enfants parmi ces réfugiés. Cela a eu un impact social et économique sans précédent sur les pays hôtes de la région, affectant leur stabilité, aggravant les difficultés préexistantes ; cet afflux dépasse la capacité des services sociaux de base tels que la santé, l’eau, l’assainissement et l’éducation, augmente le taux de chômage, diminue le commerce et l’investissement, et crée de la concurrence sur des ressources se faisant de plus en plus rares.
On ne voit toujours pas la fin du conflit et, le nombre déjà important de personnes (12,2 millions, soit presque la moitié de la population syrienne d’avant guerre) qui a été contraint à fuir, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la Syrie, va indéniablement continuer à s’accroitre.
Alors que beaucoup d’attention – de la part de la communauté internationale, des médias mais aussi des chercheurs – s’est portée sur la tragique et plus visible dimension externe, la crise des réfugiés (à présent la plus importante au monde), deux fois plus de personnes sont déplacées au sein même de la Syrie, où eux et d’autres civils, restent grandement menacés. Répondre efficacement à la « crise syrienne liée aux déplacements » nécessite de protéger les personnes des deux côtés de la frontière.
 

LE SIF en syrie durant la guerre civile

 
Pendant plus de 4 ans, la Syrie a été en proie à la guerre civile, qui a tout sauf stabilisé l’économie du pays, et ce sont les civils qui souffrent le plus : avant la guerre, le chômage était en dessous des 10% ; à présent, un syrien perd son emploi à chaque seconde. En 2010, le pays exportait des produits d’une valeur de plus de 2 milliards d’euros ($2.73 milliards) – maintenant, on en est à moins d’un quart de cela. La guerre civile syrienne a complètement dévasté le pays et sa population. Les pertes humaines sont proportionnelles à la destruction dont ont été témoins de nombreuses villes syriennes. Les stratégies de guerres des deux parties comprennent la saisie sur des zones clés et des villes, qui ont été démolies par des bombardements et des combats incessants. Des quartiers entiers, et dans certains cas des villes entières, n’existent plus. Cela équivaut à des milliers de syriens qui se retrouvent sans domicile, et sans moyens de subvenir à leurs besoins en ces temps difficiles.
Les infrastructures ont été endommagées et le pays est en train de faire face à une énorme pénurie de denrées alimentaires, médicaments, eau et autres produits de base. Un accès sécurisé à la nourriture, à l’eau, aux abris, soins médicaux et autres éléments essentiels est une lutte quotidienne.
Pour répondre à ces évènements, le SIF a, dès le début de la crise, et parce qu’il était déjà présent dans le pays, débloqué 1 million d’euros d’aide pour ces besoins humanitaires de base. Durant la période hivernale, le SIF distribue des kits de première nécessité aux syriens – vêtements d’hiver pour adultes et enfants, couvertures, matelas, ceintures, ustensiles de cuisine, etc. Ces actions sont menées en partenariat avec le CDC (Centre de Crise et de soutien du Ministère des Affaires Etrangères), SDC (Agence Suisse pour le développement et la Coopération) et l’UNICEF. Le SIF accorde une attention particulière aux autres besoins des déplacés en menant des évaluations antérieures pour mesurer leurs besoins. Par conséquent, il a été distribué des objets tels que des tapis, des paniers poubelles, des lumières rechargeables, des extincteurs et réservoirs d’eau. 
 
Une fois les besoins spécifiques identifiés lors des évaluations par les équipes sur le terrain, un projet d’eau et assainissement, en partenariat avec l’UNICEF, a été mis en place dans 25 écoles de Damas, et 6 800 personnes ont pu en bénéficier. De plus, presque 48 000 litres d’eau ont été distribués, 10 systèmes de distribution et 60 latrines ont été réhabilités, 27 douches installées et 13 chauffe-eaux distribués aux bénéficiaires dans le but de leur donner accès à de l’eau chaude durant l’hiver. Aussi, pour contribuer à la protection de l’environnement, 58 poubelles ont été distribuées et des sessions de promotion de l’hygiene ont été conduites auprès des bénéficiaires.
Moins de 3% des déplacés internes ont trouvé un abri dans des centres collectifs officiels mis en place par le gouvernement ; les autres vivent avec des familles d’accueil ou dans des logements privés jusqu’à ce que leurs ressources leur permettent, ou encore dans des camps de fortune et habitations informels, où les risques d’insécurité sont répandus.
Depuis 2012, le SIF est partenaire avec les Nations Unies et est financé par l’UNHCR ; il a réhabilité 45 abris collectifs et amélioré 10 abris collectifs. En plus de cela, 79 bâtiments inachevés (399 appartements inachevés) ont été améliorés à Deir Ezzor, Al Hasakeh, Idlib, Dara’a, le Damas rural, dont ont bénéficié 4 136 familles, soit 20 680 personnes.
Au total, les projets 2014 du SIF ont bénéficié à plus de 24 463 familles ou 122 636 déplacés répartis sur 6 gouvernorats : Damas, Al Kiswah et Jdaidet Alfadel, périphérie de Damas, Idlib, Deir Ezzor, Al Hasakeh et Dara’a.
En 2015, grâce aux subventions de l’UNHCR, le SIF met en œuvre un nouveau projet d’amélioration d’abris dans 3 différentes zones de la périphérie de Damas : Al Kesweh, Herkeleh et Gezlaneh. Il est prévu de terminer 365 appartements, pour 700 familles, soit environ 3 500 personnes. Mais comme les besoins en termes d’abri continuent à augmenter, d’autres activités pour l’accès et l’amélioration des abris devraient être incluses.
Le secteur de l’éducation a été particulièrement frappé par la crise. Des millions d’enfants en Syrie sont identifiés comme étant dans le besoin d’une assistance du fait de la crise. A cause de cette situation, leurs opportunités d’accès à l’enseignement scolaire sont lourdement compromises. D’un autre côté, du fait que les écoles sont utilisées comme abris pour les familles déplacées dans de nombreuses régions en Syrie, la pression a augmenté sur les écoles qui continuent à enseigner.
En 2015, le SIF, financé par UNICEF, a mis en œuvre un nouveau projet pour permettre l’accès à l’éducation aux enfants en âge d’aller à l’école, à travers de la réhabilitation de l’électricité dans les salles de classe de 35 écoles et à l’augmentation des équipements sanitaires pour les enfants avec des besoins spécifiques. Parallèlement à la réhabilitation des écoles et aux installations d’eau et d’assainissement se dérouleront des formations des concierges et de la campagne de promotion de l’hygiène.
 
 

 

projets en cours

Réhabilitation de bâtiments publics ou privés dans la périphérie rurale de Damas dans le but de fournir des conditions de vie convenable et sécurisées, en menant des travaux de réhabilitation de logements pour des personnes déplacées, et en permettant l’accès à des services de première nécessité pour répondre aux besoins urgents des groupes affectés.
Les abris sont situés dans le Damas ancien : Al Keswah, Herieleh and Al Gezlaneh
Bénéficiaires : 700 familles/ 3500 personnes
 
Fournir un accès à l’éducation pour les élèves en âge d’aller à l’école (UNICEF)
Réhabilitation de l’électricité dans les salles de classe dans 35 écoles pour apporter le minimum d’exigences requises pour recevoir les élèves.
Réhabilitations des points d’eau et latrines. Installation de 68 latrines préfabriquées, dont 9 pour des élèves avec des besoins spécifiques.
Campagne de sensibilisation à l’hygiène auprès des élèves.
Les écoles sont situées dans la périphérie de Damas (Al Kesweh et Herjeleh Al Qunitera) et dans la Province d’Hasakeh
Bénéficiaires : 30 000 élèves
 
 

PROJETS REALISES

Winterization
Objectifs : Maintenir la santé des personnes déplacées à travers la prévention des maladies liées au froid, en distribuant des kits de première nécessité. (OCHA)
Amélioration de l’environnement des enfants dans les écoles en milieu rural affecté par la sécheresse
Diminuer la vulnérabilité médicale et augmenter la conscientisation des populations de la zone rurale de la Raqqa en soutenant le système éducatif (SIF/UNICEF)
Emergency Water, Sanitation and hygiene response to Syrian IDPs (Wash Kits)
Couvrir les besoins immédiats en eau, en assainissement et en hygiène dans les camps d’accueil des déplacés (UNICEF/SIF)
School kits
Objectif : Favoriser la scolarisation des enfants déplacés pour la nouvelle année scolaire (UNICEF)
Syrie/Liban
Distribution de vêtements chauds, matelas, coussins, couvertures et tapis au réfugiés syriens dans la ville d’Al Quaa et dans la vallée de la Bekaa.
Projets saisonniers
Distribution de colis alimentaire et de viande à l’occasion du Ramadan et de l’Aïd Al Adha
 

Partenaires institutionnels 

Unicef, UNHCR, OCHA

 

 

Voir aussi:
 
 
[1] UNESCO – ancienne ville de Damas
[2] FIDA (Fond International pour le Développement Agricole) – Rural Poverty Portal – La pauvreté rurale en Syrie 
[3] Programme Alimentaire Mondiale – Actualité
[4] Ces chiffres sont susceptibles d’augmenter au fur et à mesure que les combats continuent